0
clear
48H pour sauver le monde

Ce week-end débutent les 48H de l‘agriculture urbaine à Nice mais aussi un peu partout en France avec l‘idée de ramener à nouveau le potager en ville, un concept qui séduit de plus en plus dans le monde entier.

Cultiver en ville, trouver des solutions pour consommer autrement, réduire les distances entre la production et la distribution, consommer local et bio, soutenir les coopératives, etc. sont au programme de cette manifestation qui devrait fédérer un bon nombre de Français. Vegan Vogue y est invitée dimanche 22 avril à 14h pour parler de ce que la mode propose pour créer différemment et quels matériaux peut-elle utiliser pour être plus écologique ou vegan.

L‘industrie de la mode est très polluante avec le coton par exemple qui utilise énormément d‘eau sans parler des pesticides. La teinture, aussi bien pour le textile que pour le cuir, pollue énormément par ses composants chimiques et sa fabrication en Asie échappe souvent au contrôle des normes environnementales.

Néanmoins, une autre façon de procéder existe avec d‘autres matériaux moins polluants. Le cuir végétal à partir de microfibres naturelles en bambou, coton et autre comme l'utilise Jean Louis Mahé. Le cuir peut être fabriqué également avec des feuilles d‘ananas (pinatex), qui sert de matière première depuis peu pour Camille et enfin il y a des marques qui recyclent de la chambre à air usée comme Fantôme. Toutes ces marques sont en vente chez Vegan Vogue. L‘idée de Vegan Vogue est justement de promouvoir, vendre et intéresser ses clients avec de l‘accessoire plus écologique que ce que l‘on a vu jusqu‘à maintenant dans l‘industrie de la mode en partant d'un postulat fort : il est possible d‘être à la mode tout en respectant l‘environnement et les animaux. Certains pensent à tort que le vegan correspond aux gens qui ont des cheveux sales, qui fument des joints, qui s'habillent mal et ainsi de suite, un style hippies des années 70 en quelque sorte. Ils ont naturellement tort et Vegan Vogue le prouve sans équivoque.

Les questions environnementales prennent de plus en plus d'espace dans le débat public et politique mais aussi parmi les citoyens en général. Des idées gravitant autour du mieux faire, moins polluer, consommer local et retourner vers le commerce de proximité prennent de l'ampleur en milieu urbain à l'instar de toutes ces coopératives où l'on se partage le travail, parfois de manière bénévole, et où l'on vend local. 

Les nouvelles idées ne manquent pas et il faut soutenir les intitatives comme ces 48H de l'agriculture urbaine car il faut redoubler nos efforts pour sauver notre planète !

Partager ce contenu

Please wait...