0
clear
Stella, elle l'a

Stella, elle l'a

Vu Blog

La styliste Stella Mc Cartney, mondialement connue pour son intérêt pour l’environnement et la protection des animaux, n’utilise effectivement jamais de produits issus des animaux, le faux cuir et la fausse fourrure ayant toujours remplacé le cuir et le vison. Même une plume de paon ne peut trouver sa place dans l'univers de la créatrice, et encore moins la laine angora des lapins de Chine ou de France.
Végétarienne depuis toujours (sa mère Linda faisait pousser des légumes bio pour la famille dans la banlieue de Londres pendant les années 70, bien avant que cela ne soit d’actualité), la fille de Paul McCartney a créé sa maison de mode après avoir beaucoup réfléchi sur la question de l’environnement et de la condition animale. Quand elle a créé sa gamme de cosmétique, cela devait être bio ou rien du tout.
La créatrice a même depuis quelques années publié son propre bilan carbone, un rapport sur les effets écologiques de sa maison de mode. Son empreinte écologique avait progressé de 7% en trois ans depuis la publication du premier rapport, cette augmentation s’expliquant par le succès de sa ligne vegan qui a doublé son chiffre d’affaire en deux ans. Parallèlement, la maison de mode a réduit ses émissions de CO2 de 35% sur chaque kilo fabriqué, a changé le choix des matières premières, les destinations et les distances de transports pour les produits lors de leur fabrication. En étudiant les émissions de CO2, la consommation d’eau, le recyclage des déchêts et la pollution du sol, tout a été savamment remis en cause, la plus grosse partie de la pollution venant des transports, soit 90% et 57% des matières premières.
A la sortie du rapport, elle a déclaré ne pas être satisfaite des résultats obtenus, sa maison de mode est encore loin d’être parfaite mais un travail sans failles serait engagé pour trouver d'autres solutions pour réduire l'empreinte écologique de sa maison par des coopérations avec ses fournisseurs de matières premières.
Rappelons qu’il est rare d’entendre parler de la part d'une maison de luxe de sa propre pollution et de son empreinte écologique, les maisons de luxe se contentant la plupart du temps de faire un peu de « Green washing ». Aussi la démarche de Stella McCartney force-t-elle le respect et l'admiration,
non seulement elle demeure une pionnière dans son milieu, mais cela s'aplique aussi bien dans sa facon de travailler que dans la qualité artistique de ses créations.

Please wait...