0
clear
De la maroquinerie de luxe sans matière animale, c’est possible!

De la maroquinerie de luxe sans matière animale, c’est possible!

Vu Blog

Bergthor Bjarnason, spécialisé dans les accessoires de maroquinerie en peaux d’animaux de luxe a tout quitté pour mettre son savoir-faire au service de la faune et de l’écologie.

Alors que L214 dévoile, ce mardi, une nouvelle vidéo choc sur les horribles conditions de vie des lapins Orylag élevés en batterie pour leur fourrure, l’initiative de Bergthor Bjarnason va vous mettre du baume au cœur.

Après avoir travaillé pendant 20 ans avec les grandes marques françaises de luxe telles que Lanvin et Chanel, Bergthor décide de se lancer seul dans l’entrepreneuriat  garanti 100% cruelty free.

Suite à sa longue expérience chez Yves Saint-Laurent dans le domaine de l’accessoire, Bergthor proposera, dès février prochain, au travers de sa future boutique en ligne une sélection pour hommes et femmes, ne comprenant pas moins de quarante modèles de maroquinerie alternative, haut et moyen de gamme.

Ces sacs véganes Jean-Louis Mahé conçus en toile de coton, micro-fibres et divers enduits sont respectueux de l’environnement (Photo DR)

Les internautes y trouveront des sacs à main et en bandoulière, porte-clés, porte-cartes et même des petits bagages de voyage ; le tout en cuir végétal (toile de coton, micro fibre et enduits) ou avec des matériaux recyclés comme des chambres à air. Les prix oscilleront entre 100 et 350 euros.

Des produits de luxe pour tous les publics

Pour donner corps à son projet, cet ancien responsable de la marque Valentino désormais installé à Nice, travaille depuis cet été en étroite collaboration avec trois enseignes: Jean-Louis Mahé (Aix-en-Provence), Fantôme (Bordeaux) et Kweder (Italie).

Ces sacs « Fantômes » fabriqués à partir de chambres à air recyclées n’ont rien à envier à leurs homologues en cuir animal (Photo Nicolas Demare)

Avec ces produits de très grande qualité et au design raffiné, les fashion victims lambdas devraient aussi se laisser séduire et ne faire aucune différence avec les produits issus de l’exploitation animale.

Le réchauffement climatique et la cause animale comme déclencheurs

Si la mode est une vraie passion dans laquelle ce vendeur ultra qualifié est tombé par hasard, c’est avant tout l’écologie et la cause animale qui animent Bergthor dans sa nouvelle aventure.

Tout est né d’un profond malaise au fil des ans en vendant continuellement des accessoires de mode faits à partir de peaux d’animaux et surtout des sacs en cuir en provenance de la Chine.

Panier de marché de la marque « Fantome » (Photo Nicolas Demare)

Le coût environnemental du cuir animal pour ce grand amoureux de la biodiversité finit par enfoncer le clou*.

Deux constats majeurs qui le poussent à quitter une place bien confortable de directeur de la prestigieuse marque Michael Kors, en février 2017.

Ainsi est né le projet vegan-vogue.com qui devrait se concrétiser dans les prochaines semaines, grâce notamment au succès de l’opération de financement participatif.

Avec vegan-vogue.com, même les véganes pourront enfin s’offrir des produits de luxe dans le plus strict respect des animaux et de l’environnement.

*35 litres d’eau sont nécessaires pour le tannage d’un seul kilo de cuir mais également l’usage de produits chimiques pour éviter le pourrissement qui sont rejetés par la suite dans l’air et l’eau.

Please wait...